Ma dernière lecture est un livre de Karlfried Graf Dürckheim intitulé : " La voie de la transcendance" L'homme à la recherche de son intégralité. Ed. du Rocher 1991

Il explique en détail ce que peux être le contact avec l'être essentiel que nous sommes. J'en retire beaucoup de confirmation à propos de ce que j'avais déjà perçu. Ce qui est mis en évidence, c'est que nous avons à nous souvenir, nous réveiller pour s'appercevoir que nous ne sommes pas ce que nous croyons être au 1er abord.

L'oubli de notre essence fait parti du "jeu" de la manifestation. Nous avons à vivre pour que ce que nous sommes se révèle à travers la corporalité illusoire. L'intuition de notre véritable nature se déclare au fond de nous à 1 certain moment ou pas. Cette piste est à privilégier pour accomplir le retour conscient vers nous-même. Tout notre "moi existentiel" va se contracturer pour ne pas lâcher prise et pourtant, il va se rendre compte que le domaine extérieur perd son goût attractif, n'a plus la capacité de lui apporter la satisfaction tant recherchée. 

A ce moment là, la nécessité de revenir à soi de l'intérieur est cruciale. Ne pas lâcher cette activation qui s'est réaliser en nous. Garder en mémoire et en conscience que ce que nous sommes EST, au-delà de ce physique et ce mental voués à disparaitre.

Il y a une nostalgie en nous, c'est celle de notre véritable nature, c'est important de la nourrir du plus fort amour. Nous avons à rester sensible à cela. Ne pas perdre cette étincelle salvatrice. Conserver une distance, 1 discernement entre ce que nous sommes en essence et ce qui le représente (corps/mental). Ceci en tentant de désagréger les voiles qui nous cachent cette réalités.

Ce livre parle et donne des précisions profondes sur tout cela. Sur ce que nous sommes et ce que nous ne sommes pas. Il est à lire avec attention et toute la conscience disponible. Je vous invite à cela.

 

banquise